Le top pour gagner de l’argent de poche quand on est ado

L’adolescence n’est pas une période facile, financièrement parlant. On commence à avoir besoin d’argent de poche, pour s’habiller, pour sortir ou pour s’équiper en hi-tech. Pour autant, le budget n’augmente pas ou peu : on est globalement toujours dépendant de ses parents pour le moindre centime sans forcément être à l’âge légal pour travailler. Cependant, tout n’est pas perdu. Il existe bel et bien des moyens de gagner de l’argent de poche pour un adolescent. D’une part, on peut grappiller quelques euros par une aide parentale et des petits boulots, notamment même avant l’âge officiel de 14 ans, et d’autre part, il est possible de trouver un réel emploi à partir de cet âge.

Gagner de l’argent quand on est trop jeune pour un contrat de travail

Première source potentielle de revenu : les parents et grand-parents:

La loi française n’autorise pas les jeunes de moins de 14 ans à avoir un contrat de travail. La principale source de revenus reste donc l’aide parentale. Celle-ci dépend largement des situations particulières et de différents critères : l’approche des parents à l’argent, leur niveau de vie, les résultats scolaires de leur enfant, ce qu’ils pensent que celui-ci va faire de l’argent, etc. Le premier conseil pour un ado en recherche de financement serait déjà de convaincre ses parents qu’il a, un minimum, mérité cet argent de poche.

Le premier élément est évidemment le comportement, de manière générale. Cela inclut les qualités attendues d’un jeune, dont surtout le sérieux scolaire. Si le besoin financier se fait sentir, pourquoi pas essayer de conclure un accord avec les parents ? Par exemple une condition de résultats scolaires en échange d’une petite augmentation de l’argent de poche mensuel.

Ensuite, le second élément est aussi de montrer les raisons de ce besoin financier. A cet âge, il n’est pas vraiment question de demander quelques euros sans dire ce qu’on compte faire avec : peu de parents accepteraient de donner carte blanche à leurs enfants, surtout avec des sommes plus conséquentes.

Il faut plutôt essayer de faire comprendre en quoi cet argent est nécessité: expliquer par exemple, en quoi notre garde-robe doit être renouvelée, qu’on aimerait partir en vacances l’été prochain, etc. Sans montrer ce besoin, il va être difficile de convaincre un parent du bien-fondé d’un argent de poche régulier. Par ailleurs, en plus des parents, il est aussi possible de faire ressentir ce besoin financier aux grands-parents, qui sont généralement assez disposés à aider leur petits-enfants. Là aussi, il faut quand même dire ce qu’on va faire avec : grand-père n’est pas disposé à donner 20 euros qui vont être utilisés pour acheter de l’alcool !

En plus de demander une petite somme sans contrepartie, il est aussi possible de demander à ses parents un petit boulot en échange d’une rémunération. Des parents seront beaucoup plus enclins à mettre la main à la poche si c’est fait en échange d’un travail.

De nombreuses tâches sont possibles. Si la participation aux strictes tâches ménagères peut difficilement être monnayable, il y a d’autres choses pour lesquelles vos parents pourraient payer: des petits travaux, de la peinture, du jardinage, ou encore du lavage de voiture. La même chose vaut non seulement pour les grand-parents, mais aussi pour d’autres adultes qui auraient besoin d’une aide similaire, comme des voisins, des amis de la famille, des oncles et tantes, etc. Cette technique des petits boulots vaut aussi en dehors du cadre familial.

portemonnaie
Un portemonnaie bien rempli!

Vendre ses objets inutilisés:

Ce conseil marche absolument à tout âge. Il arrive souvent qu’après quelques années, on se rende compte qu’on n’utilise plus certains objets. Cela peut être un vêtement devenu trop petit ou démodé, des livres pour enfant alors que l’on est devenu adolescent, ou encore des jouets que l’on ne veut plus. Il est alors très facile de faire de l’argent de poche en revendant ses objets, sur internet ou lors de vide-greniers.

Les petits boulots:

Attention ! Cette rubrique concerne les moins de 14 ans, mais aussi n’importe quelle tranche d’âge, jusqu’à ce que l’on ait une situation professionnelle stable en étant adulte : des étudiants de plus de 20 ans peuvent en effet eux aussi utiliser les conseils donnés dans cette partie.

Nous avons vu que le travail des mineurs était techniquement interdit jusqu’à 14 ans. Cependant, il existe malgré ça une certaine tradition des petits boulots avant cet âge.

Il est évidemment très bien que des adolescents de cet âge soient protégés contre le travail, et qu’ils puissent au contraire se concentrer sur leurs études. Cependant, certaines sortes de petits boulots ne sont pas réellement exclus pour des jeunes ados. En effet, un jeune de 12 ou 13 ans, s’il est assez mature, peut espérer trouver un petit boulot ponctuel.

Il s’agit par exemple du baby-sitting. S’il s’agit juste de surveiller des enfants (pas trop jeunes) qui dorment, un jeune ado peut largement en être capable. Le baby-sitting peut-être relativement bien payé (à partir de 10 euros de l’heure) et les baby-sitters sont en général assez demandés par des parents qui aimeraient bien prendre le large quelques heures. De plus, ce n’est souvent pas un travail réellement actif, qui nécessite une concentration constante. Il s’agit souvent juste d’être dans le logement, de surveiller périodiquement que le ou les enfants dorment bien et de faire ce que l’on souhaite, que ce soit travailler ses devoirs, lire un livre ou regarder un film. En plus du baby-sitting, il est même possible d’envisager de donner une aide aux devoirs à des enfants plus jeunes, si l’on est soi-même bon à l’école. Cela n’est pas fait pour tout le monde, mais il n’est pas impossible pour un jeune ado d’aider un enfant d’école primaire à faire son travail scolaire et à apprendre ses leçons.

Il y a bien d’autres petits boulots similaires, à effectuer pour des voisins ou des membres de la famille : des petits travaux de ménage ou de jardinage, s’occuper de leurs animaux, etc. Ces petits boulots, tant qu’ils ne gênent pas le sommeil des adolescents et ne leur demandent pas trop de temps, sont un très bon moyen d’acquérir de la maturité. Ils représentent aussi, évidemment, un supplément non-négligeable à l’argent de poche.

Comment trouver ce genre de petits boulots ? C’est une chose de vouloir être baby-sitter, par exemple, mais c’en est une autre de trouver un parent en détresse qui en a besoin. Il existe pour cela plusieurs moyens.

Le premier, le plus important, reste indéniablement le bouche-à-oreille. Il s’agit de faire savoir à des parents, à leurs amis ou encore aux commerçants du coin que l’on propose des services, et de leur demander de le faire savoir autour d’eux. Ensuite, il vous faut faire appel aux petites annonces. Celle-ci peuvent être réelles ou virtuelles. Vous pouvez imprimer des petites annonces, qui contiennent les informations nécessaires et un moyen de vous joindre, et qui sont assez attrayantes pour que les potentiels clients soient intéressés. Il est conseillé de poster ces annonces partout où il est susceptible que des gens soient intéressés : l’entrée d’une école ou la vitrine d’un commerce de proximité, par exemple. De manière générale, la plupart des commerçants sont d’accord pour afficher des annonces comme celles-ci. Vous pouvez aussi publiez des annonces virtuelles, sur les sites de petites annonces, notamment Leboncoin ou Yoopies.

Nous reverrons ce genre de petits boulots plus tard, car il reste difficile d’en trouver quand on est si jeune. Il n’est pas impossible de travailler avant 14 ans mais les possibilités sont assez limitées. Cela n’est pas tant dû à la loi mais plutôt au fait qu’à cet âge, on trouve difficilement des choses que l’on peut faire et pour lequel des adultes peuvent nous faire confiance. C’est à partir de cet âge que les possibilités s’ouvrent un peu.

argent de poche
Tous les ados ont besoin d’argent de poche

A partir de 14 ans : le travail « officiel » peut commencer

Un avant-goût du travail:

Entre 14 et 16 ans, un jeune peut légalement travailler sous certaines conditions.

Premièrement, le travail des ados de cet âge ne peut se faire que pendant des vacances scolaires d’au moins 14 jours, dont la moitié est consacrée au repos. C’est-à-dire qu’un ado ne peut travailler qu’une semaine par vacances de deux semaines, ou un mois pour les grandes vacances. Il n’y a donc pas de moyen pour un jeune entre 14 et 16 d’effectuer un travail déclaré de manière hebdomadaire, par exemple.

La seconde condition est que ce travail doit être léger, et ne pas être « susceptible de porter préjudice à sa sécurité, à sa santé ou à son développement ». Hors de question de devenir manutentionnaire à 14 ans donc. Le travail de nuit est également interdit, et les semaines ne peuvent pas dépasser 35 heures de travail sans autorisation spécifique. Chaque employeur qui embauche un jeune de moins de 16 ans doit en notifier l’inspection du travail deux semaines avant. Celle-ci doit confirmer, ou non, la possibilité de faire travailler l’adolescent.

Même avec ces limites, relativement importantes, et la réticence potentielle d’un employeur à engager quelqu’un d’aussi jeune, les revenus potentiels sont très loin d’être négligeables pour un adolescent :travailler au SMIC un mois d’été et un mois cumulé réparti dans l’année, c’est avoir en moyenne 180 euros par mois pendant toute l’année.

A partir de 16 ans, quasiment le même statut professionnel que l’adulte:

Les possibilités de travailler pour un jeune changent à l’âge de 16 ans. En effet, le statut des 16-18 ans est bien plus ouvert que celui des 14-16 ans. Pour des jeunes quittant l’école, il s’agit alors de trouver un emploi à plein temps, avec quelques limites réglementaires n’existant pas pour les adultes. Pour les collégiens et lycéens, c’est une possibilité de travailler un jour ou une demi-journée par semaine, par exemple le mercredi après-midi ou le samedi. Il est beaucoup plus facile de travailler à cet âge qu’à moins de 16 ans. Mais comment trouver un emploi ?

Comment se faire embaucher quand on a moins de 18 ans et aucune expérience ?

Forcément, candidater à un emploi quand on a aucune expérience ni qualification est un peu plus compliqué. C’est cependant très loin d’être impossible.

Il faut d’abord rédiger un court CV, clair et concis, en mettant en avant ses qualités personnelles pertinentes pour l’emploi concerné et son niveau en langues étrangères, surtout pour un emploi touristique. Il faut ensuite rédiger une lettre de motivation. Celle-ci doit faire entre une demi-page et une page, comporter les raisons de la candidature, les qualités personnelles du candidat et, en somme, pourquoi il serait une bonne recrue. Inutile de préciser que l’orthographe doit être impeccable ! Il est conseillé d’amener CV et lettre de motivation en main propre, si possible à un responsable : cela est preuve de sérieux et de motivation, et permet d’établir un contact direct avec un potentiel recruteur. Il est même possible, avec un peu de chance, d’obtenir un entretien d’embauche ou un essai directement ! Pour un entretien ou pour déposer un CV, on ne peut que conseiller de bien présenter : pas de baskets ou de jogging, mais plutôt chaussures de ville, pantalon et chemises.

Où travailler ?

On ne va pas se mentir, l’écrasante majorité des emplois que l’on peut trouver avant 18 ans ne sont pas vraiment du travail intellectuel ou forcément très intéressant. Cependant, il existe quand même une certaine diversité de possibilités. En voilà quelques-unes :

  • Restauration
  • Supermarchés et centres commerciaux
  • Services à la personne
  • Commerces de proximité
  • Figuration et mannequinat
  • Commerces touristiques (particulièrement l’été)
  • Industrie (usines)

En plus de ces quelques pistes, on peut noter que les petits boulots non déclarés deviennent plus faciles à trouver en grandissant.

Petits boulots:

Une fois que l’on commence à être un adolescent puis un « grand » parmi les adolescents, il est plus facile de trouver des petits boulots qui consistent à encadrer des plus petits que soi, comme le baby-sitting ou les cours particuliers.

Pour le baby-sitting, la logique est la même que plus haut, avec l’avantage d’être devenu assez grand pour toujours être considéré sérieusement quand il s’agit de s’occuper d’enfants.

Cependant, une nouvelle porte s’ouvre pour les meilleurs élèves: les cours particuliers. Très proches de l’aide aux devoirs, les cours particuliers visent à assister un écolier dans l’apprentissage de ses cours et dans son travail en général. Ce n’est pas un emploi que n’importe qui peut faire. Malgré le fait que l’élève en face soit à priori dans une classe plus petite, il faut à la fois être assez bon à l’école pour savoir quoi lui enseigner et être assez pédagogue pour transmettre ces connaissances. Avec ces conditions remplies, donner des cours particuliers peut être assez rentable. Un lycéen peut facilement donner des cours pour plus de 10 euros de l’heure, voire 15, en fonction de l’endroit.

La « gig economy », potentielle source de revenus pour les jeunes ?

Depuis maintenant quelques années, des sites internet comme fiverr.com permettent à des gens de faire des petits boulots virtuels contre rémunération. Pour un adolescent qui sait par exemple relativement bien écrire, qui connaît une langue étrangère ou qui a des compétences créatives, cela peut être un moyen de faire un peu d’argent de poche, tant que ça ne prend pas la priorité sur ses devoirs !

gagner de l'argent sur internet
Gagner un peu d’argent sur internet, c’est possible!

Conclusion:

Il est loin d’être impossible de gagner son argent de poche en étant adolescent. Ce n’est pas aussi facile que lorsqu’on est plus vieux, mais c’est normal. La jeunesse est faite pour se former, afin de pouvoir gagner sa vie plus tard. C’est les parents qui ont la responsabilité de subvenir aux besoins de leurs enfants. Cependant, ces jeunes peuvent décider de prendre l’initiative de chercher des moyens d’avoir un peu plus d’argent de poche. Ces moyens sont variés mais il n’y a globalement pas de secret : la majorité des opportunités de gagner de l’argent pour un jeune reste le travail. En plus d’être un bon moyen pour générer des revenus, le travail peut, en petite quantité, être énormément formateur pour une jeune personne.

Le top pour gagner de l’argent de poche quand on est ado
4 (80.95%) 21 votes

3 Commentaires

  1. Hello, voici un autre bon plan pour arrondir les fins de mois étudiant. L’idée : revendre vos docs, exposés, fiches, cours, disserts, etc… en ligne pour avoir un revenu complémentaire. Il y a un site pour cela : https://docs.school/

    Pour vous donner un exemple, je leur ai proposé un doc en ligne dernièrement, et ils m’ont reversé 10€ fixe + 1% à chaque consultation du document (+ 2,50 € en rentrant le code de parrainage)

    Le site accepte toutes les matières et niveaux (lycée, fac, grande école, etc…), et le paiement se fait via Paypal dés 20€.

    Je suis inscris depuis plusieurs années chez eux et en publiant régulièrement, je gagne facilement quelques centaines d’euros par mois ! Bref, si vous avez des docs des années passées (genre disserts de philo ou autre) et que vous savez pas quoi en faire, et bien vendez les sur ce site.

  2. Merci pour ces solutions, j’ai 14 ans et je veux une trottinette électrique de 400 euros et mes parents ne peuvent pas me la payer. Je vais faire des petits boulots mais il me faudra beaucoup de temps pour cumuler cette somme. J’habite dans l’Aisne et ici il n’y a pas beaucoup de travail.

  3. je voulais de l’argent de poche pour moi parce que mes parents ne veulent pas beaucoup me donner je voulais m’offrir un grand cadeaux et j’ai 12 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.